Groupe d’action financière : un organisme intergouvernemental contre le blanchiment d’argent

Groupe d’action financière : un organisme intergouvernemental contre le blanchiment d’argent

Groupe d’action financière : un organisme intergouvernemental contre le blanchiment d’argent

Le Groupe d’action financière ou appelé communément GAFI, est une institution intergouvernementale qui à été créée par ses membres dans les années 1990. Les membres du Groupe d’action financière organisent trois fois dans l’année des assemblées pour faire des comptes rendus, des rapports sur ce qui a été ou non accompli, et également dans le but de trouver des solutions pour améliorer leur travail.

blanchiment-dargent.jpg

En effet, le blanchiment d’argent devient vraiment monnaie courante de nos jours, et c’est le cas de le dire. De ce fait donc, le Groupe d’action financière à de plus en plus de pain sur la planche.

Le fonctionnement du Groupe d’action financière

Le Groupe d’action financière garde un œil tant de près que de loin sur les activités menant à immobiliser le blanchiment d’argent.

groupe-daction-financiere.jpg

En effet, chaque membre de cet organisme tient un rôle bine spécifique et se voient tous attribuer un pays afin de faire respecter les lois qu’ils ont imposées pour le bine de la situation financière et économique. Le Groupe d’action financière s’évertue également à mettre certains éléments politique de son côté afin de mettre plus de poids aux démarches et aux lois qu’ils génèrent.

Les missions de cet organisme

La mission principale du Groupe d’action financière est de rendre plus opérationnelle et efficace les lois qui vise à arrêter le blanchiment d’argent, mais également stopper les paiements pour le terrorisme. En gros, l’objectif du Groupe d’action financière est d’arrêter ou tout au moins de minimiser toutes les intimidations qui sont faites de part et d’autres pour déstabiliser le système boursier, et ce, à l’échelle internationale. Toutefois, cet organisme à également recherché des exhortations et des ordres pour non seulement arrêter le blanchiment d’argent, fléau qui se passe pratiquement partout dans le monde, mais aussi immobiliser les financements des artilleries de destruction massive.